L'Herboriste, mais qu'est ce qu'il fait celui la?

Depuis toujours, l'Homme est en contact direct et étroit avec le monde végétal. En effet, les Hommes préhistoriques utilisaient déjà les plantes pour s'alimenter, se vêtir et se défendre.

Le premier code médical régulant l'usage des plantes médicinales date de la Mésopotamie mais il est probable que des plantes étaient déjà utilisées pour se soigner durant la préhistoire.

L'Homme s'est enrichi de certains apprentissages au fil du temps et l'art de guérir a évolué au contact de chaque civilisation. La transmission qu'elle soit orale ou écrite a pu perdurer depuis des millénaires grâce à l'intérêt des femmes et hommes pour ce savoir.


Herboriste, Herboristerie et Herbologie

L'Herboriste est un professionnel qui, au sein de son officine, l'herboristerie, vend des plantes médicinales, des préparations à base de plantes et des ingrédients naturels utilisée comme traitements.

Un Herboriste pratique l'Herboristerie mais étudie l'Herbologie : science théorique.

Grâce à ses connaissances approfondies en terme de botanique, phytothérapie et autres domaines, il peut conseiller la population pour une bonne utilisation de produits naturels.


L'histoire d'un métier mal reconnu


Des débuts prometteurs


Au XVIII ème siècle, l'Herboristerie présente déjà une grande diversité de pratiques. Dans ce contexte, un groupe d'Herboristes réclame un statut pour leur métier.

La loi du 11 avril 1803, qui encadre la profession d'Herboriste, leur apporte cette reconnaissance. Elle autorise l'Herboriste à délivrer des plantes médicinales et crée le certificat d'Herboriste.

Ce diplôme sera délivré suite à un examen contrôlé par l'académie de pharmacie et fondé sur la reconnaissance de 50 plantes sèches et de 50 plantes fraîches.


Le déclin d'un métier et d'un savoir traditionnel


Au XIXéme siècle, l'avancée scientifique et le développement de la médecine occidentale ont fait reculer le métier d'Herboriste. L'utilisation des plantes est faite au profit de l'industrie pharmaceutique et la fabrication des traitement médicamenteux synthétiques.

Le métier d'Herboriste, déjà en déclin depuis les années 30, voit en la loi de 1941 la suppression de la reconnaissance de la profession, un arrêt de la transmission du savoir traditionnel et une perte rapide de la production de plantes médicinales Françaises.


La re-naissance d'un métier et ses enjeux futurs


A ce jour ce métier n'est malheureusement plus reconnu par un diplôme d'état et n'est que très peu encadré légalement. La France est actuellement le seule pays européen à ne pas reconnaître le métier d'Herboriste en dehors du parcours de pharmacie.

Malgré cela, un regain d'intérêt par la population concernant le soin avec les plantes pourrait bien faire changer les choses.

En effet, le public recherche une complémentarité et une alternative aux soins conventionnels en devenant acteur de la gestion de leur santé et de leur hygiène de vie.

C'est dans ce contexte que les indications d'un Herboriste professionnel seraient nécessaires et qu'un diplôme d'état reconnu, structurant ce savoir, serait également indispensable.

L'Herboriste pourra ainsi devenir un partenaire du personnel de santé (médecin, infirmiers, pharmaciens) en complément de l'offre des pharmaciens.


La conclusion du jour


La nature est une source incroyable de bénéfices pour l'organisme. Toutefois, mal utilisées, les plantes et leurs principes actifs peuvent être dangereux et notamment pour certaines personnes allergiques, ayant des pathologies ainsi que pour les enfants et femmes enceintes.

Prenez donc soin de vous grâce aux conseils de professionnels qualifiés et formés dans ce domaine (médecins, pharmaciens et herboristes)